01/10/2010

Hajduk Split - RSC Anderlecht (30-09-2010) 1-0

L’Œil du Cyclope : Split, plouf.

Je le disais encore pas plus tard qu’il y a quelques jours de la semaine précédant celle qui vient de passer, à la fille aînée de la concierge de la copine à ta sœur – tu sais bien, celle qui souffre d’un strabisme divergent du nichon gauche – alors qu’elle déplorait le fait que je venais de l’envoyer se faire voir : « Quand tu ne viens pas pour gagner, tu perds ». Pour l’anecdote, et parce que je sais que tu as le souci de l’exactitude de la véracité pointilleuse de l’Histoire éternelle du genre humain, elle y est allée : elle bosse désormais dans un peep-show. Mais abandonnons quelques instants ce récit animalier, pourtant poignant et plein d’intérêt. Ou plutôt poursuivons-le : qu’est-ce essentiellement – je te défie de répéter ça plusieurs fois après avoir sifflé ta demi-bouteille de tequila quotidienne – qu’un peep-show ? Une pièce généralement quelconque au centre de laquelle de trouve un plateau tournant, mû par un moteur électrique de faible puissance, et sur lequel un appariteur d’un intérêt proche du zéro absolu, a placé une couverture en faux léopard et en vrai synthétique car elles sont plus faciles à laver. Là-dessus, s’ébat une personne usuellement de sexe féminin et de charme foncièrement variable, cependant que, derrière les trous pratiqués dans la cloison séparant cette pièce du reste du monde – tu suis, merde ? – d’autres individus, habituellement de sexe masculin, eux, se trifouillent une petite pratique que les plus catholiques d’entre nous n’hésiteront pas à qualifier de génocide, encore merci à la maison Kleenex.

En bref, en résumé et en gros : tu paies, tu regardes quelqu’un s’amuser, tu ne baises pas et tu repars l’avant-bras en peine mais le calbard en paix.

Je te vois quelques peu sourcilleuse, ma ténébreuse, mon obscurcie, ma morose : le parallèle avec le match d’hier soir s’impose-t-il ? Bien évidemment, te répondrai-je car je ne suis pas un adepte du « Eh ben vwalà ».

Hier soir, on a payé. Au moins l’abonnement à la télé, l’électricité qu’il faut pour la faire fonctionner, et la mauvaise humeur de ton brancard quand elle a bien dû constater qu’il y avait « encore du foot, t’en as pas marre de voir ces cons courir derrière un ballon ». Les plus créatifs sont allés agrémenter la soirée de quelques chopes dans un beauw kaphet mais voyons les choses en face, là aussi ils ont payé, les patrons de bistrot n’ont que des rapports ténus à la philanthropie, même quand ils se font remplacer par des loufiats amateurs, à bon entendeur, salut.

On a regardé des gens s’amuser, c’est l’évidence même. Euh, enfin, on va s’efforcer de le croire, de la même manière que quand tu vas au peep-show, tu t’efforces de croire que la pouf de service prend son pied. Un sentiment diffus naît parfois en toi, tu te demandes sincèrement si cette salope n’est pas en train de simuler, mais merde, chasse ces idées bizarres qui te déconcentrent, d’ici à ce que le gros à la caisse te demande un supplément !

On n’a pas baisé. Les autres, oui, mais soit, on est reparti le calbard en paix, admettons-le ! Parce que franchement, pour avoir la banane après un truc pareil, il faudrait au moins s’appeler Fredo Siccodi… Quoi ? Oui, l’inverse si tu veux, fais pas chier, je ne suis pas d’humeur !!

Juste pour te signaler, là, car je m’en voudrais de voir ton petit commerce capoter, il y avait une petite Méditerranéenne et une autre, qui vient d’Europe orientale, tu vois qui je veux dire ? Oui, tu situes ? Eh bien, je trouve qu’elles n’ont pas été à niveau du tout. Ce n’est pas la première fois que je dois constater des manquements de leur part, et je me demande si l’obligation de prendre quelques mesures disciplinaires à leur égard, ne s’imposerait pas à plus ou moins brève échéance, si je puis me permettre…

11:20 Écrit par Achille Concarneau dans Actualité, Football, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.